Lancement du Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes du Canada

Lancement du Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes du Canada

Communiqué

Ottawa (Ontario), 6 juin 2012 — L'honorable Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, et l'honorable Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, ont aujourd'hui lancé le Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes. Le Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes a également été lancé aujourd'hui par l'honorable Steven Blaney, ministre des Anciens Combattants, à Montréal, et la députée Joy Smith (Kildonan–St. Paul) a fait de même à Vancouver.

« Le gouvernement Harper est déterminé à assurer la sécurité dans nos rues et collectivités, » a affirmé le ministre Toews. « Notre gouvernement demeure résolu à lutter contre la traite de personnes à l'échelle mondiale et intensifie ses efforts pour lutter contre ce crime haineux qui survient au Canada et à l'étranger et dont les victimes comprennent tragiquement de jeunes femmes et filles canadiennes. »
 
La traite de personne au Canada est un problème national qui fait des victimes parmi les Canadiens et les nouveaux arrivants. L'exploitation sexuelle et le travail forcé sont deux formes de trafic se produisant au pays. Le Service des renseignements criminels a rapporté que « partout au Canada, des réseaux du crime organisé pratiquent la traite de Canadiennes, adultes et mineures, à l'intérieur d'une même province, d'une province à une autre et parfois vers les États-Unis, aux fins de l'industrie du sexe. »
 
Le Plan d'action national du Canada, qui compte la participation de 18 ministères fédéraux, se veut un plan détaillé qui permettra de guider la lutte du gouvernement du Canada contre le crime grave que représente la traite de personnes.
 
« Grâce au lancement de ce Plan d'action national, notre gouvernement prend une autre mesure importante pour assurer la sécurité des femmes et des jeunes filles dans l'ensemble du Canada qui sont ciblées à des fins d'exploitation sexuelle par de violents trafiquants, » a déclaré la ministre Ambrose.
 
« Notre gouvernement renforce l'application de la loi et le soutien aux victimes de trafiquants humains qui comptent entre autres les gangs de rue qui s'attaquent à notre jeunesse, » a dit le ministre Blaney.
 
« Le Plan d'action national consolidera les efforts constants de notre gouvernement en matière de lutte contre la traite de personnes et présentera d'importantes nouvelles initiatives visant à prévenir ce crime, à repérer les victimes, à protéger les personnes les plus vulnérables et à poursuivre les trafiquants et à tirer profit de nos partenariats, tant au pays qu'à l'étranger, » a affirmé la députée Joy Smith.
 
Le Plan d'action national permettra :
  • de lancer la première équipe intégrée d'application de la loi spécialisée dans la lutte contre la traite de personnes;
  • d'augmenter la formation de première ligne afin d'être en mesure de cibler la traite de personne et d'y répondre ainsi que d'augmenter la prévention auprès des collectivités vulnérables;
  • d'offrir plus de support aux victimes de ce crime, autant pour les Canadiens que pour les nouveaux arrivants;
  • de renforcer la coordination avec les partenaires nationaux et internationaux qui contribuent aux efforts du Canada pour lutter contre la traite de personnes.
Ces nouvelles mesures, totalisant un investissement de 25 millions de dollars sur 4 ans, se basent sur les travaux accomplis par le Canada jusqu'à présent, et les renforcent afin de prévenir la traite de personnes, de repérer les victimes et de poursuivre les trafiquants. Ces mesures se traduisent entre autres par de la formation particulière pour les agents d'application de la loi et aux fournisseurs de services de première ligne, et des mesures plus appropriées pour sensibiliser le public. À ce jour, 23 cas ont été signalés à la GRC.
 
Des accusations de traite de personnes ont été portées, et les accusés ont été reconnus coupables d'infractions liées à la traite de personnes ou d'autres infractions connexes. Au total, 42 personnes ont été condamnées, et 56 victimes ont été sauvées. À l'heure actuelle, environ 59 affaires canadiennes impliquant 98 personnes accusées d'infractions de traite de personne sont devant les tribunaux. Ces cas touchent un total de 147 victimes.