Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, ignore le milieu communautaire autonome!

24 fév 2021

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, ignore le milieu communautaire autonome!

Correspondant-e: 

Marie-Josee Vaillancourt

Source: 

Coalition des organismes communautaires autonomes de formation (COCAF)

Montréal, le 24 février 2021 - Les cinq regroupements d’action communautaire autonome du secteur de l’éducation en ont ras le bol de l’indifférence du ministre de l’Éducation envers le sort des 203 organismes qu’ils représentent. Ces organismes, membres de la Coalition des organismes communautaires autonomes de formation, de Literacy Quebec, du Regroupement des écoles de la rue accréditées du Québec, du Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage et du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec, déploient leurs activités partout au Québec et rejoignent chaque année des dizaines de milliers de jeunes et d’adultes en situation de vulnérabilité et d’exclusion.

Depuis le début de la pandémie, ces organismes ont maintenu le fort et ont su continuellement s’adapter pour assurer la continuité des services et des apprentissages auprès de ceux qui oeuvrent dans les organismes communautaires autonomes, des jeunes en difficulté ou encore des adultes peu alphabétisés, tout cela sans financement supplémentaire de la part du ministère de l’Éducation.

« En septembre, nous avons invité le ministre Jean-François Roberge à nous rencontrer pour lui parler des défis auxquels fait face le réseau non formel de l’éducation. Nous lui avons aussi demandé de mettre en place un fonds d’urgence à l’intention des organismes reconnus par son ministère afin que ceux-ci puissent affronter les défis financiers liés à la crise sanitaire. Nous sommes en février et nous attendons toujours! », déplorent les porte-paroles des cinq regroupements. Pourtant, d’autres ministres ont réagi dès le mois d’août pour mettre en place de tels fonds d’urgence à l’intention des organismes communautaires sous leur responsabilité.

L’annonce récente d’une enveloppe de 38 millions de dollars de mesures en soutien à la réussite éducative, dont le nouveau service de tutorat destiné aux élèves en difficulté, est un autre exemple du peu de reconnaissance et de considération du ministre à l’endroit du réseau communautaire de l’éducation. En effet, cette pratique existe déjà au sein d’organismes rattachés au ministère de l’Éducation. « Les organismes concernés ont voulu prêter main-forte à l’effort collectif et mettre leur expertise à profit dans le soutien aux élèves en difficulté. Cette offre a été rejetée du revers de la main », se désole Mélanie Marsolais du Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage (ROCLD).

Rappelons que les organismes reconnus officiellement au ministère de l’Éducation existent depuis des décennies et détiennent une solide expertise dans leur domaine respectif. Pour les jeunes, les adultes et les organismes qu’ils accompagnent au quotidien, ils constituent des milieux de vie et d’apprentissage leur offrant, entre autres, soutien, formation et information accessible. La pertinence de leur action au sein des différentes communautés est incontestable et leur importance a été d’autant plus grande dans le contexte de la dernière année. Non seulement font-ils partie du paysage de l’éducation, mais ils forment une composante essentielle du filet social québécois.

Les organismes d’action communautaire autonome du secteur de l’éducation sont à bout de souffle. Ils ne s’expliquent pas l’indifférence et le silence du ministre, ni le peu de soutien et de reconnaissance qu’il leur démontre. Maintenant plus que jamais et pour les années à venir, il est nécessaire de mieux soutenir ces organismes afin qu’ils puissent poursuivre leur mission et répondre aux besoins de leur milieu.

« Il est plus que temps que le ministre réponde à nos demandes et qu’il entende ce que nous avons à lui dire! Dans la campagne Tous ensemble pour aller mieux, le ministre jouait de la guitare et nous enjoignait à prendre soin de nous. Nous l'invitons à notre tour à se mettre au diapason des besoins des organismes et à prendre soin du grand réseau non formel d'éducation composé des organismes que nous représentons », de conclure l’ensemble des porte-paroles.

À propos de la Coalition des organismes communautaires autonomes de formation (COCAF)
Les organismes membres de la COCAF jouent un rôle indispensable à l’égard de l’éducation des adultes et de la formation continue dans le secteur de l’action communautaire autonome (ACA) au Québec. Les activités de formation qu’ils offrent favorisent l’épanouissement des personnes, la cohésion sociale, la vie démocratique et développent les compétences des personnes salariées, administratrices, bénévoles et militantes impliquées dans le mouvement communautaire.

À propos de Literacy Quebec (LQ)
Literacy Quebec est le regroupement de 13 organismes communautaires oeuvrant en alphabétisation auprès de la population d’expression anglaise du Québec. De concert avec ses membres, LQ travaille à améliorer les conditions de vie et l'autonomie des adultes peu alphabétisés, et dans le but de bâtir une société plus forte.

À propos du Regroupement des écoles de la rue accréditées du Québec (RERAQ)
L’organisme a pour mission de regrouper en personne morale les Écoles de la rue afin de les représenter auprès des différentes instances, de défendre leurs intérêts et de favoriser leur développement. Le RERAQ agit pour une meilleure reconnaissance des Écoles de la rue, de leurs spécificités, de leurs réalisations et interventions dans le prisme de l’éducation. Le RERAQ assure les représentations politiques et agit à titre d’interlocuteur privilégié au sein des instances publiques, gouvernementales et communautaires. Il représente sept écoles de la rue qui sont des organismes communautaires autonomes.

À propos du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ)
Le RGPAQ représente 76 organismes d'alphabétisation populaire. Il est voué à la promotion et au développement de l'alphabétisation populaire et des groupes populaires d'alphabétisation ainsi qu'à la défense collective des droits des adultes peu alphabétisés. Il partage avec l'ensemble du mouvement de l'action communautaire autonome la vision d'une société juste, égalitaire et démocratique. Il est l'un des membres fondateurs du Réseau de lutte à l'analphabétisme.

À propos du Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage (ROCLD)
Fondé en 1996, le Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage compte 59 organismes communautaires autonomes répartis dans quatorze régions du Québec. Ces organismes accompagnent et soutiennent plus de 8 000 jeunes en difficulté chaque année. Le ROCLD a pour mission de favoriser la concertation et les échanges entre les organismes communautaires qui travaillent à la problématique du décrochage scolaire, d’assurer leur représentation en tant qu’interlocuteur privilégié auprès des diverses instances publiques et communautaires, de les soutenir dans la consolidation et le développement de leurs activités.

– 30 –

Intervenants disponibles pour entrevues :

Réjean Laprise pour la Coalition des organismes communautaires autonomes de formation (COCAF)
Nathalie Bergeron pour le Regroupement des écoles de la rue accréditées du Québec (RERAQ)
Mélanie Marsolais pour le Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage (ROCLD)
Caroline Meunier pour le Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ)
Margo Legault pour Literacy Quebec (LQ)

Pour demandes d’entrevues :
Ariane Richard
ariane@morinrp.com
438 822-2845