Littératie numérique

Résumé: 

Ce dossier spécial présente un aperçu des diverses dimensions de la littératie numérique ainsi que des enjeux actuels, en plus d'une sélection de ressources pour comprendre et développer les compétences numériques.


La littératie numérique désigne la capacité d’un individu à comprendre et utiliser l’information au moyen des technologies : accéder à des ressources et des informations en ligne, les comprendre et les utiliser, communiquer avec les autres, gérer ses comptes et ses informations personnelles en toute sécurité, etc. Ce qui est attendu et nécessaire aujourd’hui dépasse de loin la capacité à utiliser une souris ou à télécharger un document. Pourtant, ces actions ne sont pas toujours maîtrisées par tout le monde. Le fossé numérique se creuse au fur et à mesure que les exigences augmentent, et lorsque l’accès aux équipements et à la formation est insuffisant.

Les compétences numériques

À cause de l’omniprésence des technologies dans nos vies, les compétences de base en littératie numérique, au Québec aujourd’hui, sont de savoir utiliser au moins un appareil (téléphone intelligent, tablette, ordinateur et ses composantes -clavier, souris-), de savoir créer, conserver et classer des documents, télécharger des applications, et de savoir faire les opérations les plus courantes en ligne : envoyer et consulter des messages et faire une recherche, par exemple.

En plus de ces compétences de base, on s’attend généralement à ce qu’une personne soit en mesure d’utiliser plusieurs outils de communication (messages texte, courriel, clavardage, réseaux sociaux, vidéoconférence), sache distinguer une information fiable d’une fausse information, puisse remplir un formulaire en ligne, trouver un itinéraire, etc.

Ces compétences, bien qu’elles soient généralement considérées comme élémentaires, sont cependant fondées sur d’autres compétences encore plus fondamentales, aussi bien académiques que pratiques ou génériques. Pour être à l’aise dans l’utilisation d’Internet, il faut savoir lire, comprendre l’information, connaître le fonctionnement de son appareil, et avoir confiance en soi : la crainte de faire une mauvaise manipulation et de ne pas pouvoir revenir en arrière, par exemple, est un frein à l’utilisation de tout ce qu’Internet a à offrir.

Littératie numérique : portrait québécois

Le Programme d’enquête international sur les compétences des adultes (PEICA) évalue, entre autres, la capacité des adultes à résoudre des problèmes dans des environnements technologiques : il s’agit de mesurer comment les individus effectuent des tâches concrètes à l’aide d’un ordinateur. Si l’on peut reprocher à la méthodologie de l’enquête de n’avoir prévu que des tâches sur un ordinateur, et non pas sur une tablette ou un cellulaire (alors que ces appareils sont énormément utilisés), les résultats sont néanmoins un indicateur de l’aisance avec laquelle les individus utilisent un outil technologique.

Au Québec, 17 % des participant-e-s au PEICA n’ont pas pu ou n’ont pas voulu participer au volet technologique de l’enquête. Il s’agit de personnes qui n’avaient aucune expérience en informatique, ou qui ont échoué au test de base qui permettait d’évaluer s’ils pouvaient faire l’évaluation complète à l’ordinateur.

La plus grande partie de la population québécoise se classe aux niveaux 1 et -1 de l’enquête, dans la catégorie « résolution de problème dans des environnements technologiques » (respectivement 32 % et 19%). Un-e Québécois-e sur trois se classe aux niveaux 2 ou 3, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne canadienne.

Évolution des ressources et des besoins

Au tournant des années 2000, de nombreux outils sur ce qu’on appelait alors surtout les « compétences informatiques » étaient produits. Les ressources andragogiques développées concernaient surtout l’utilisation du matériel et la compréhension du fonctionnement d’un ordinateur de bureau : déplacement du pointeur avec la souris, enregistrement de fichiers, système d’exploitation, fonctions des touches du clavier, etc. On développait également des contenus pour enseigner l’utilisation du courriel, d’un moteur de recherche ou encore du guichet bancaire automatique.

Quelques années plus tard, on développe des outils sur la nétiquette, sur des logiciels spécialisés (diaporamas, photo, vidéo) et la navigation sur Internet.

À partir des années 2010, les ressources produites concernent pour beaucoup les réseaux sociaux et l’accomplissement de tâches plus spécialisées : remplir des formulaires en ligne, trouver des offres d’emploi et y répondre, gérer son compte bancaire, etc.

Dix ans plus tard, l’étendue des possibilités du numérique nécessite des compétences encore plus poussées (gérer ses données et la confidentialité de ses comptes par exemple)… mais on ne pourrait les exercer sans connaître la base. Pourtant on ne trouve presque plus de ressources actualisées sur l’utilisation élémentaire du matériel informatique ou sur les rudiments des moteurs de recherches. Il semble admis que ce sont des savoirs maîtrisés par tout le monde.

Par ailleurs, les exigences en matière de compétences numériques augmentent en milieu de travail, où les appareils et logiciels peuvent être bien différents, plus spécialisés que ce que l’on utilise dans sa vie personnelle.

En 2020, ces exigences ont encore augmenté, lorsque la vie en confinement a nécessité que la plus grande part de nos activités se fasse en ligne : communication, administration, travail, éducation, etc.

La pandémie a levé le voile sur de nombreuses inégalités, dont celle de l’accès aux outils numériques et les compétences pour les utiliser, qui se sont encore confirmés comme facteur d’exclusion sociale.

Ressources, outils et programmes

  • Boîte à outils cyberadministration : un ensemble de ressources pour accompagner les groupes en alphabétisation et les apprenant-e-s dans l’administration québécoise en ligne : bonnes pratiques, situations d’apprentissages, jeu, etc. http://cdeacf.ca/boite-outils-cyberadministration
  • Cadre de référence sur la compétence numérique : cet outil est destiné aux enseignant-e-s du primaire et du secondaire, mais est pertinent pour les formatrices et éducateurs d’adultes qui y trouveront un descriptif des compétences liées à la littératie numérique et des idées d’activités : http://catalogue.cdeacf.ca/Record.htm?idlist=2&record=19286605124910048879
  • HabiloMédias : cet OSBL propose des ressources pour développer la pensée critique et les usages numériques en toute sécurité : https://habilomedias.ca
  • https://citoyennetenumeriquequebec.ca est une source d’inspiration pour les formatrices et les parents qui veulent aborder toutes les questions qui concernent les usages du Web : de la communication à la cybersécurité en passant par le harcèlement en ligne et l’emprunte numérique.
  • Le numérique en question est un site web de vulgarisation scientifique qui offre des articles simples et des infographies qui permettent de faire le tour d'une question relative à l'utilisation d'Internet.

Accès au matériel :

  • L’initiative fédérale Familles branchées permet à des familles à faible revenu d’obtenir un accès à Internet à faible coût. Ce service est offert aux familles selon le montant d’allocations familiales qu’elles reçoivent. Voir https://www.connecting-families.ca/bienvenue

Formation de base :