Dossier spécial Éducation populaire autonome

Dans le cadre de la parution de l'avis du Conseil supérieur de l'éducation (CSE), nous vous proposons un tour d'horizon de l'éducation populaire autonome, ainsi que plusieurs ressources pour alimenter vos réflexions et vos pratiques.

Qu'est-ce l'éducation populaire (ÉP)?

Il n'y a pas une, mais une diversité de définitions d'éducation populaire. En effet, c'est un concept qui est en constante mutation, elle évoluera avec son contexte historique, social et géographique. Le concept aura également une perspective différente selon l'intervenant qui la définit : certains estiment que l'éducation populaire est toute forme d'éducation des adultes réalisée à l'extérieur des milieux traditionnels scolaires (cégeps, universités), alors que pour d'autres, elle doit impliquer une transformation sociale.

Au Québec, on définit l'éducation populaire comme « Domaine de l'éducation des adultes qui vise à répondre aux besoins des personnes désireuses d'assumer leur rôle de citoyen, de consommateur ou de parent; elle permet à des personnes et à des groupes de s'outiller par rapport à des situations de leur vie courante et elle les aide à se prendre en charge. »

Qu'est-ce que l'éducation populaire autonome (ÉPA)?

L'éducation populaire autonome « c'est l'ensemble des démarches d'apprentissage et de réflexion critique par lesquelles des citoyennes et des citoyens mènent ensemble des actions qui provoquent une prise de conscience individuelle et collective au sujet de leurs conditions de vie ou de travail, et qui visent à court ou à long terme une transformation sociale, économique, culturelle et politique de leur milieu ».C'est une approche qui se distingue des méthodes des commissions scolaires et autres contextes formels.

Qu'est-ce qui distingue ÉP et ÉPA

Les éléments clés de l'éducation populaire autonome sont :

  • un processus collectif et démocratique;
  • se déroule hors des lieux formels;
  • une perspective de transformation sociale;
  • on n'enseigne pas, on anime;
  • les priorités doivent être indépendantes de l'État;
  • comporte un passage de l'individuel au collectif.

Pour ce qui est l'éducation populaire, on peut essentiellement reprendre les éléments de l'ÉPA, par contre l'ÉP n'exige pas de se dérouler hors des lieux formels ou que les priorités soient indépendantes de l'État.

Exemples d'ÉPA

L'R des centres de femmes : ÉPAF

Dans les centres, les femmes sont reçues comme des personnes à part entière, on ne voit pas que leurs « problèmes ». On considère qu'elles ont une capacité d'agir et de penser qui leur est propre et qu'elles sont les meilleures juges pour elles-mêmes. Ainsi, avec une approche résolument féministe, une démarche d'autonomisation et de réflexion critique, L'R des centres de femmes pratique ce qu'il nomme l'ÉPAF : Orientation féministe + Éducation populaire + Approche globale = Éducation populaire autonome et féministe.

Par exemple, les participantes dans les centres de femmes se sont mobilisées pour défendre un système de santé gratuit et universel. Par des activités en atelier, les femmes ont pris conscience de l'impact que la privatisation des soins de santé peut avoir sur elles. Elles ont également participé à plusieurs actions de protestation, et produit du matériel de vulgarisation et de sensibilisation.

 

 

Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec : la méthode REFLECT

Puisque l'alphabétisation populaire considère que l'analphabétisme est tout d'abord un problème social, les méthodes utilisées se doivent de favoriser le pouvoir d'agir des personnes analphabètes. REFLECT est une de ces méthodes. Acronyme de REgenerated Freirian Literacy Empowerment through Community Techniques (Alphabétisation freirienne régénérée à travers les techniques de renforcement des capacités et pouvoirs des communautés), REFLECT est une approche participative de l’apprentissage et du développement social qui est inspirée à la fois par l’approche de conscientisation de Paulo Freire et par la Méthode accélérée de recherche participative (MARP).

Le but de REFLECT est de créer un espace, à travers des démarches d’animation et d’analyse, pour que les gens se sentent à l’aise de se réunir et de discuter des questions importantes de leur vie. L’apprentissage de la lecture et de l’écriture se voit donc intégré dans une approche qui renforce les habiletés à communiquer et qui vise une participation significative des populations dans les décisions affectant leur vie et dans des actions collectives.

 

 

Marche mondiale des femmes 2015 : Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires

Pour s'approprier le thème Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires, la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF) a lancé un important processus d'éducation populaire auprès des militantes. Plusieurs outils ont permis aux participantes d'identifier des liens entre les oppressions qu'elles vivent sur leurs corps, les territoires et la Terre. Ces activités d'éducation populaire ont inspiré les actions qui se sont organisées ensuite, lors de la Caravane des résistances féministes en octobre 2015.

 


Infographie